Histoire

 

 

PIERREFEU

 

PIETRA IGNIARIA

 

 L'un des plus beaux village de la Vallée de l'Estéron

Situé à 45km de Nice.

Ancien poste romain, maillon de la chaine qui servait à transmettre les messages par signaux depuis l'écosse jusqu'à Rome.

A l'époque de Jules César, 70 avant JC, la télégraphie était très en usage chez les Romains. Ils établissaient partout où s'étendaient leurs conquêtes, un système de communiquation rapide,

qui favorisait singulièrement leur autorité sur les peuples soumis à leur domination.

Il ne fallait que 48heures par temps clair pour transmettre un message d'Hadrien en Ecosse à Rome.

Sous les empereurs, tous les pays soumis à la domination Romaine étaient sillonés d'admirables routes, le long desquelles s'élevaient des tours destinées à transmettre des signaux.

Or, PIERREFEU, à l'écart des voies de circulation, ne présentait pas un grand intérêt pour maintenir un garnison Romaine permanente.

On peut donc penser que PIERREFEU et sa tour de transimssion faisait partie de cette chaine de transmission.

Le site avait certainement été choisi pour son isolement, le mettant à l'abri des invasions depuis plus de 2000 ans. D'ailleurs le chemin qui mène au village ne va nulle part ailleurs !

En 1722, PIERREFEU fut une seignerie érigée en fief dont les armoiries relativement récentes représentent, par 3 pierres enflammées, l'exploitation du silex utilsé pour les pierres à fusil.

Peirafuec en niçois : la pierre à feu, indice probable d'un gisement préhistorique de silex.

Des fouilles firent découvrir dans ces lieux des restes de tombeaux construits en épaisses briques, des ossements humains, des vases funéraires, des monnaies et des médailles de bronze à l'éffigie de divers empereurs Romains.

A son apogée, au 17ème siècle, PIERREFEU comptait 375 habitants.

Une population, composée essentiellement d'agriculteurs, ayant suvécu grâce aux cultures regroupées en planches que l'on nomme traditionnellement "restanques".

Comme la plus part des villages de l'arrière pays nicois, PIERREFEU fut atteint, au début du 20ème siècle par le phénomène dit du "déperchement" :

Les populations qui, depuis le Moyen Age, avaient vécu groupées dans le vieux villge, commencèrent à descendre habiter le long des pentes, près des routes, des terres plus fertiles et surtout, de l'eau.

L'évolution agricole et industrielle ont conduitla majeure partie de la population à chercher une vie moins rude, vers la côte.

Le vieux village devint désert et les maisons abandonnées furent nombreuses.

L'engouement et le développement automobile, l'amélioration des routes permirent, à ceux qui voulaient retourner aux sources, de se plonger dans une nature, pure, sauvage et insolite.

Grâce à la présence de l'église Saint Sébastien, si harmonieusement nichée entre deux rochers, le décor théatral du Vieux PIERREFEU se distingue des autres villages perchés

 

 

 

Photos Jean-Philippe CHEVREAU